"On va à Sylt, et pas Zut"!

(actualisé le ) by Cybervinnie

Pour ces petites vacances de la Toussaint, nous avons partagé quelques jours avec nos amis, Christel, Gerhardt et Caroline Schwarz, sur l’île allemande de Sylt, près de la frontière du Danemark...

Maison typique à Sylt

Sylt, cela se prononce "zult", ce qui a beaucoup amusé Chimène (la déclaration citée en titre est d’elle). Déjà par le nom, l’île annonçait un certain dépaysement, confirmé à travers ses paysages maritimes sauvages. A côté d’un cadre de villégiature renommé en Allemagne, regroupé autour de quelques petites villes ou villages, comme Westerland, où nous logions, c’est vraiment une ambiance de nature protégée et des paysages marins aux allures Viking qui dominent.

Nous logions dans un immeuble de Westerland, la petite ville où arrive le train qui transporte les voitures du continent sur l’île (l’alternative étant soit ce ferroutage, soit le ferry). Il y a des allures de côte normande dans ce centre de villégiature soigneusement aménagé. Les enfants se sont beaucoup amusés là, car une jolie aire de jeux "pirates" sur la digue côtoyait des infrastructures de tourisme estival.

Strandkörber

Les "Strandkörber", petits fauteuils de plage couverts typiques des lieux, donnaient un ton policé à la jolie plage de sable fin; mais le caractère sauvage de la mer demeurait, confirmé de manière encore plus marquée sur les autres plages auxquelles on pouvait accéder avec un peu de marche depuis la route qui traverse l’île du Nord au Sud. Le Sud est plus sauvage, avec d’immenses étendues de dunes et de petits vallons couverts d’herbes longues et de lande. Pas un arbre à l’horizon, mais de grands espaces de réserve naturelle protégée.

Chimène et un Bernard l’Hermite

Au petit port de la pointe sud, nous avons pris un bateau pour aller voir les phoques sur des bancs de sable au larges. Sur le bateau, une animation était proposée, notamment pour les enfants: après avoir pêché près des côtes un mélange de coquillages, crabes, étoiles de mer déposés dans un bac, les enafnts ont pu étudier cet échantillon de faune et de flore marine avec les commentaires d’une jeune femme de l’équipage. Mateo a pu tester son expertise en matière d’identification du sexe des crabes acquise en classe de mer à Erquy l’année dernière.

Mer à Sylt

Nous avons goûté à plusieurs spécialités locales, dont une savoureuse bisque de homard, et à la "rote Grütze", une sorte de coulis de fruits rouges que l’on mange en dessert avec de la crème anglaise. Christel nous a aussi préparé un excellent Goulasch, tandis que nous avons cuisiné des spaghetti au saumon fumé et de la dinde au curry. Bref, nous avons passé de bonnes soirées ensemble autour d’un repas cuisiné alternativement par les uns et les autres. Cela était rendu possible par le fait que nous n’étions pas dans un hôtel mais dans des petits appartements proposés en location à prix moindres hors-saison. Notre vue sur la mer était superbe.

Les enfants ont également particulièrement apprécié l’aquarium de Westerland, varié et très bien réalisé, et l’aire de jeu au Sansibar, un joli café-restaurant près d’une plage sur la route du sud, où nous avons pris un bon chocolat chaud. Le temps a été alternativement pluvieux et ensoleillé, avec quelques grandioses effets de lumière et de coucher de soleil sur la mer.

Bref, en quatre jours pleins, nous avons eu un grand plaisir à découvrir cette île dépaysante du Nord de l’Allemagne, trop méconnue en France.

Musiciens de BrêmeA l’aller, nous avions fait une halte à Brême, où le fameux conte des frères Grimm était évoqué par une jolie petite statue représentants les quatre musiciens.

Au retour, c’est à Bruxelles que nous nous sommes arrêtés: visite du musée de la ville, sur la somptueuse Grand-Place, coup d’oeil sur le Manneken-Pis, ballade en ville, et excellent repas "chez Patrick", au coin de la Grand-Place: Waterzooi, Moules charnues, gauffre et autres délicatesses ont agréablement conclu notre excursion automnale.

Bruxelles, Grand-Place

Mateo et Chimène devant le Manneken Pis