You are here Home page > ARCHIVES > Critiques de livres > "Le Jour des Morts", par Cees Nooteboom
by : Ray
Published 7 January 2005

"Le Jour des Morts", par Cees Nooteboom

Un homme solitaire promène son regard et sa caméra dans le Berlin des années 1990, méditant sur la disparition du Mur, sur le passé tourmenté de cette ville épicentre de tous les drames, sur le passé possible des passants dans la rue, et sur sa femme et son fils disparus dans un accident d’avion quatre ans auparavant. Entre des missions à l’étranger pour filmer les misères du monde ou les 88 temples anciens de Japon, il débat avec ses amis et amies cosmopolites sur les mérites respectifs de Kant et de Hegel, sur le sens caché de la musique concrète, sur le talent de l’aubergiste à fabriquer des saucisses à la mode régionale, sur tout et sur rien.

Et lorsqu’une femme mystérieuse fait irruption dans sa vie, le voilà parti à sa recherche dans les quartiers louches de Berlin Est, dans une ville provinciale de la Hollande éternelle et à Madrid, images de leurs trop brèves étreintes nocturnes en tête, méditant comme toujours sur la signification socio-historique des lieux qu’il traverse, et comme toujours avec sa caméra dans les mains, extension de son être et instrument inattendu d’une rupture peut-être définitive.

Cees (prononcez "keys" à l’anglaise) Nooteboom est un des plus grands auteurs de la littérature néerlandaise contemporaine. L’auteur du Chant de L’être de du Paraître, polyglotte, passionné par les mots et par les correspondances entre les langues, éternel voyageur, grand érudit, n’est pas un auteur particulièrement facile. Les phrases sont souvent longues, cela part un peu dans tous les sens, la pensée est complexe, le ton est souvent gris et rarement gai. Mais c’est très, très bien écrit, ça fourmille d’idées stimulantes et originales, cela vous fait voir le monde autrement, c’est décidemment un auteur à connaître et à approfondir.

Actes Sud, 370 pages, 22,90 €